Wataru Tominaga

 

Wataru Tominaga, collection 2017.

Wataru Tominaga, collection 2017, plissé de la Maison Lognon. Photographie : Anne Combaz, 2017

Wataru Tominaga, collection 2017, broderies de la Maison Lesage. Photographie : Anne Combaz, 2017

Wataru Tominaga X Petit Bateau, collection capsule 2017. Photographie : Osma Harvilahti, 2017.

 

Lauréat du Grand Prix du jury Première Vision 2016

 

Le genre constitue une interrogation centrale dans le travail de Wataru Tominaga, lauréat du Grand Prix du jury Première Vision en 2016. Par-delà les silhouettes et les normes qu’elles véhiculent, c’est la manière dont il s’incarne dans les matériaux qui intéresse le styliste. Imprimés, couleurs, matières et traitement de surface sont à ses yeux les marqueurs recomposés des types féminins et masculins.

Ce travail autour du textile, Wataru Tominaga l’avait engagé pour sa collection primée lors de la dernière édition du festival et il l’a poursuivi tout au long de l’année avec les savoir-faire des ateliers des métiers d’art Chanel, grâce aux dotations du Grand Prix.

Les silhouettes présentées pour cette seconde collection déclinent une recherche graphique nourrie de références aux arts folkloriques d’Europe de l’Est, de l’Allemagne à la Grèce. Mais ce registre visuel se recompose au gré d’emprunts au vêtement de travail ou de sport. Poches, zips et capuches sont convoqués pour leur fonctionnalité évidente, déplaçant la collection vers une allure proche du streetwear des années 1990. C’est autour de ces éléments que l’on retrouve la technique singulière du styliste composée de plissés, déstructurés par des enductions de vinyle, qui constituait l’un des éléments forts de sa première collection.

S’y mêle aussi désormais un travail de broderie mené chez la Maison Lesage qui associe laminettes métallisées, perles, paillettes et cabochons à des mousquetons. Des cordes d’escalade se mélangent aux tresses de passementerie. Les plissés graphiques réalisés par Lognon ennoblissent non pas des soieries ou des mousselines, mais des jerseys dont les couleurs comme les compositions évoquent technicité et performance.

C’est dans la juxtaposition de techniques traditionnellement marquées par une certaine idée de la féminité, avec des coupes et des volumes à l’efficacité sportive, que le styliste entend proposer un vestiaire hybride. Point de détermination dans cette garde-robe d’un nouveau genre, mais une proposition unisexe qui balaye toutes les attentes et les stéréotypes, à commencer par son titre qui lui aussi ne se prononce pas : Untitled.

Émilie Hammen

 

COLLECTION RÉALISÉE AVEC LES MÉTIERS D’ART CHANEL : BRODERIES LESAGE, PLISSÉ LOGNON. 

COLLECTION PRODUITE AVEC LE SOUTIEN DE SFATE & COMBIER, GUIGOU, DEBS, TESSILBIELLA, LUXURY JERSEY, TIARE, LAURENT GARIGUE – PREMIÈRE VISION

Winner of the Grand Prix du jury Première Vision 2016

 

Gender comprises a central investigation in the work of Wataru Tominaga, winner of the Grand Prix du jury Première Vision in 2016. Beyond the silhouettes, and the norms which they convey, this designer is interested in the manner in which gender is embodied in materials. Prints, colours, materials and treatments are, in his eyes, the rewritten markers of feminine and masculine types.

Wataru Tominaga employed this textile investigation in his award winning collection at last year’s festival and, thanks to the grant awarded by the Grand Prix, he has developed it throughout the year with the expertise of the Chanel Métiers d’Art workshops.

The silhouettes presented in this second collection exhibit a graphical examination inspired by German, Greek, and Eastern European folk arts. However, this visual register is rewritten according to the vagaries of appropriations from work and sports clothes. Pockets, zips, and hoods are called upon for their obvious functions, transposing the collection towards a style that is close to the streetwear of the 1990s. It is around these elements that the stylist applies his unique technique, consisting of pleats, destructured by vinyl coatings, which constituted one of the strong points of his first collection.

This is also now blended with embroidery work created by Maison Lesage who have combined metallic laminette, pearls, sequins, and cabochons with karabiners. Climbing ropes are entwined with braids of trimmings. The graphical pleats, created by Lognon, ennoble not through silks and muslins, but through jersey fabrics whose colours evoke the performance and technical nature of the compositions.

This stylist aims to offer a hybrid wardrobe through the juxtaposition of techniques, traditionally labelled with a certain idea of femininity, with cuts and shapes that bear a sporty efficiency. No determinacy in this new genre of fashion, but a unisex proposal which sweeps aside any expectations and stereotypes, even starting with its title which it too remains undefined: Untitled.

Émilie Hammen

 

COLLECTION CREATED WITH THE CHANEL MÉTIERS D’ART: LESAGE EMBRODERIES, LOGNON PLISSÉS.

 

COLLECTION PRODUCED WITH THE SUPPORT OF SFATE & COMBIER, GUIGOU, DEBS, TESSILBIELLA, LUXURY JERSEY, TIARE, LAURENT GARIGUE – PREMIÈRE VISION