Nolwenn Brod

France / France

« Depuis plusieurs années, je m’interroge sur le rapport de l’homme à son environnement dans une approche phénoménologique.

 

Le corps est décrit en tant que postures et gestes, et le paysage vécu comme un espace évolutif dans lequel je chemine, entre horizon intérieur et extérieur. La rencontre avec l’autre est une expérience sensible, elle détermine les affects de chacun. Je tente d’enregistrer les émotions qui composent l’être, de les toucher, de rendre les sensations visibles. Ma démarche, documentaire dans un premier temps, s’oriente peu à peu vers une dimension plastique, à la recherche d’une poétique de l’image, d’une certaine musicalité des formes et des matières.

 

La Ritournelle est une série commencée en 2015 ; elle va se développer sur plusieurs années et convier d’autres disciplines telles que la vidéo, la sculpture, la tapisserie. Dans cette série, je m’intéresse à un couple d’amis, celui de Marie et Jean, qui après avoir vécu plusieurs années dans une ville importante, s’est installé avec leur jeune enfant dans un village en France. C’est à travers le prisme d’une empathie très forte envers le couple et l’enfant que je photographie leurs postures et gestes répétés du quotidien, les chemins empruntés, la violence et l’ambiguïté des sentiments, et leurs agencements. « On a souvent souligné le rôle de la ritournelle, écrivaient Deleuze et Guattari, elle est territoriale, c’est un agencement territorial. [...] La ritournelle peut prendre d’autres fonctions, amoureuse, professionnelle ou sociale, liturgique ou cosmique : elle emporte toujours de la terre avec soi, elle a pour concomitant une terre, même spirituelle, elle est en rapport essentiel avec un Natal, un Natif. »*

 

Je photographie actions et mouvements qui marquent l’agencement territorial de Marie, Jean et leur enfant. Leurs activités sont indéniablement liées au théâtre contemporain, à celles de la famille et aux travaux entrepris dans la maison qui évoluent au fil des saisons, à leur passage d’un environnement à l’autre, d’un devenir à l’autre. Chacun est composé de singularités, je m’attache à ce qui façonne les êtres et les choses, selon des mouvements de résistance dans différents milieux et rythmes, souvent sous forme de rituels. »

 

  • (Gilles Deleuze et Felix Guattari, Mille Plateaux, Capitalisme et Schizophrénie 2, Éditions de Minuit, 1980.)

 

NOLWENN BROD (1985) A ÉTUDIÉ L’IMAGE AUX GOBELINS (PARIS) ET PRÉCÉDEMMENT LES SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES À L’UNIVERSITÉ DE NANTES. SON TRAVAIL A ÉTÉ EXPOSÉ AU GRAND PALAIS LORS DE PARIS PHOTO (GALERIE VU), AU CHÂTEAU D’EAU À TOULOUSE, À LA MAISON DES ARTS DE GRAND-QUEVILLY ET À LA GALERIE LE LIEU À LORIENT.

ELLE EST MEMBRE DE L’AGENCE VU, PARIS.

“For a number of years, I have questioned the relationship between man and his environment through a phenomenological approach.

 

The body is described according to postures and gestures, and the landscape lived as an evolving space within which I advance, between an interior and exterior horizon. This encounter with an other is also a perceptible experience, it determines everyone’s affects. I aim to record the emotions which compose each being, to touch them, to render sensations visible. I have initially adopted a documentary approach which tends to be more plastic, a search for a poetry of the image, a certain musicality of forms, of materials.

 

The Ritournelle is a series started in 2015; it will develop over several years and involve other disciplines such as video, sculpture, and tapestry. In this series, I am interested in a couple of friends, namely Marie and Jean, who having lived for several years in an important town, took up residence with their young child in a village in France. It is through the prism of a strong empathy with this couple and their child that I have photographed their daily postures and gestures, the paths they take, the violence and ambiguity of emotions, as well as their organisation.

 

Deleuze and Guattari wrote that: “The role of the refrain has often been emphasized: it is territorial, a territorial assemblage. [...] The refrain may assume other functions, amorous, professional or social, liturgical or cosmic: it always carries earth with it; it has a land (sometimes a spiritual land) as its concomitant; it has an essential relation to a Natal, a Native.”*

 

I photograph the actions and movements which mark the territorial arrangements of Marie, Jean, and their child. Their activities are undeniably linked to contemporary theatre, to that of family, and to the work undertaken in their home which evolves according to the seasons, their passage from one environment to the next, from one future to another. Each individual is composed of singularities, my focus is upon that which shapes beings and objects, according to movements of resistance in different environments and rhythms, often operating according to different rituals.”

 

  • (Gilles Deleuze and Felix Guattari, Mille Plateaux, Capitalisme et Schizophrénie 2)

 

NOLWENN BROD (1985) STUDIED VISUAL ARTS AT GOBELINS (PARIS) AND PRIOR TO THIS SHE STUDIED HUMAN AND SOCIAL SCIENCES AT THE UNIVERSITY OF NANTES. HER WORK HAS BEEN EXHIBITED AT THE GRAND PALAIS DURING PARIS PHOTO (VU GALLERY), AT THE CHÂTEAU D’EAU IN TOULOUSE, THE MAISON DES ARTS DE GRAND QUEVILLY AND THE GALLERY LE LIEU IN LORIENT. SHE IS A MEMBER OF THE VU AGENCY, PARIS.