Mayeul Reignault

 
 

France
France


Lignée

Collection de bijoux

Designer de métier, Mayeul Reignault expérimente les limites des matériaux et s’attaque au bijou comme à n’importe quel projet de conception d’un objet. À la différence de la table ou de la chaise, le bijou ne représente pas de fonction apparente ; il en a pourtant une, celle de s’orner ou de se parer, souvent pour séduire.

C’est le choix du matériau qui va déterminer l’esthétique de la collection. Le créateur utilise l’acier inox pour ses propriétés mécaniques. Il dessine des lignes à plat qui servent tout autant à définir les contours de l’objet que son motif, puis les applique pour masquer des parties de la tôle qui est ensuite découpée à l’acide. Ce procédé chimique permet d’ôter de la matière pour alléger l’objet et pour lui donner sa forme. Aucun autre matériau ou aucune soudure ne sont ajoutés, à l’exception d’une finition en plaquage d’or jaune ou rose. Les colliers se déclinent tous à partir d’ un ovale ouvert qui entre en torsion lorsqu’on rapproche les deux extrémités du fermoir. Ce contour se pose ainsi naturellement sur la nuque et le haut de la poitrine. Les bracelets et les bagues se ferment également en emboîtant les deux extrémités du bandeau de métal. Le fermoir est la clef qui permet de basculer de la plaque à l’objet en trois dimensions. Les boucles d’oreilles jouent avec la souplesse de l’acier inox, une languette repose en tension dans le creux de l’oreille.

L’ensemble est une collection de bijoux délicats dont la matérialité est presque imperceptible, tant ils sont fins et tant leurs surfaces reflètent la lumière.

Texte : Magalie Guérin

Lignée

Jewellery collection

A professional designer, Mayeul Reignault experiments with the limits of materials and approaches jewellery in the same way as any other design project. Unlike a table or a chair, jewellery does not offer an apparent function; yet it has one, that of adorning or ornamenting and offer to seduce.

It is the choice of material which determines this collection’s aesthetic. The designer uses stainless steel for its mechanical properties. He draws lines on the flat which serve just as much to define the contours of the object as to give it its motif, and then he applies them in order to mask parts of the sheet metal which is finally cut using acid. The chemical process allows for waste material to be removed in order to lighten the object and grant it its form. No other material nor weld are added, except for the finish in either yellow or pink gold plate. The necklaces all portray an open oval shape which becomes twisted once the two extremities of the clasp are brought together. This contour thus lays naturally around the neck and the top of the chest. The bracelets and rings also close by interlocking the two ends of the metal band. The clasp is the key which allows for the shift from the flat to the three dimensional object. The earrings manipulate the flexibility of stainless steel, as a small tensioned strip sits in the hollow of the ear.

As whole, it is a collection of delicate jewellery whose materiality is almost imperceptible, because of how they are so fine and how their surfaces reflect the light.